Vendredi 30 novembre 2018 à Cocody Blockhauss.

“L’une des filles de ma voisine étant malade resta à la maison en compagnie de la nounou.

Selon la fille de ménage, la petite enfant lui aurait dit qu’elle part jouer avec ses camarades juste à côté devant la cour.

Ce même jour ma maman devrait rentrer au village parce que ayant achevé son bref séjour chez moi.

J’ai dû donc porter ses bagages et l’accompagner jusqu’au carrefour de l’hôtel ivoire à proximité de la pizzeria Top Chef avant de continuer à pied vers la gare des wôrô wôrô ( taxi communaux ) de Blockhauss contiguë à la Maternité Henriette Konan Bédié. 

Arrivé au carrefour, j’aperçois la fille de ma voisine dans un véhicule banalisé avec un petit garçon.

D’un geste de la main je l’ai saluée et puis, sans me soucier de quelque chose, j’ai élevé la voix en disant : « mais ahi c’est pas la fille de la voisine on dit elle est malade elle n’est pas partie à l’école là?» 

J’ai fini à peine de parler et hop ! Le monsieur à l’arrière de la voiture les jeta dehors puis le chauffeur démarra en trombe. Je n’en revenais pas. Je tremblais sur moi. D’un seul coup, mes vêtements étaient inondés de grosses goutes de sueur qui enveloppaient mon corps.

Immédiatement, j’ai pris les enfants pour les envoyer à la maison. Arrivé, je trouve la servante entrain de dormir la bouche ouverte.

On demanda à la petite fille comment s’est-elle retrouvée dans la voiture ? Elle répondit :« le tonton là m’a dit de venir prendre bonbon dans la voiture, qu’il est gentil et ne me fera rien.»

En réalité les parents venaient à peine d’échapper à un enlèvement. 

Revenu le soir du travail, la mère de la fille était presque traumatisée eu égard à la scène qu’on venait de lui décrire.

C’est un fait réel que j’ai personnellement vécu en vue d’interpeller les uns et les autres sur les dangers qu’encourent nos enfants surtout en cette période de fin d’année.”

Anonyme

A LIRE ABSOLUMENT