Un couple évangélique blanc a raconté l’incroyable histoire de la façon dont ils ont choisi d’adopter cinq enfants noirs, dont trois embryons, jeudi.

Les missionnaires presbytériens, Aaron et Rachel Halbert, avaient convenu en souhaitant les adopter, car, comme Aaron l’avait dit au Washington Post, c’était «le résultat logique d’être pro-vie».

Et ils ont accepté de ne pas adopter d’enfants blancs, sachant que les enfants blancs sont plus susceptibles d’être choisis par les futurs parents. C’était une décision qui allait transformer leur vie de la manière la plus réconfortante imaginable.

Aaron a grandi avec ses parents missionnaires au Honduras, où il dit qu’il est un “gamin blanc aux yeux bleus et à la tête en coton, qui se démarque comme un pouce endolori.”

Mais cela l’a aidé à se sentir à l’aise avec les gens d’autres races, dit-il – quelque chose que Rachel, qui a grandi dans le delta du Mississippi, a mis quelques années à comprendre.

Ayant des difficultés à concevoir naturellement, ils se sont finalement rendus dans une agence d’adoption du Mississippi et ont dit aux travailleurs de ce pays qu’ils ne souhaitaient adopter que des enfants «non-caucasiens».

«Nous l’avons fait avec la conviction profonde que si le Seigneur voulait que nous ayons un enfant pleinement caucasien, ma femme concevoirait naturellement», a expliqué Aaron.

Le couple adopte deux enfants afro-américains et découvre que leur vie change de manière magique.

“Quelque chose de beau et d’enrichissant est d’être le seul visage blanc assis et bavardant avec certains de mes amis afro-américains alors que mon fils se fait couper les cheveux un samedi matin”, a déclaré Aaron au Washington Post.

‘Il y a aussi quelque chose de merveilleux dans la relation qui se construit lorsque ma femme demande à un ami noir sur Facebook comment prendre soin des cheveux de notre petite fille biraciale.

«La beauté d’une famille multiethnique réside dans le fait que ce sont les différences qui rendent les nôtres plus riches et plus riches. Cela vous oblige à penser différemment à votre façon de penser, de parler, d’agir et de vivre.

Les Halberts ne souhaitaient plus avoir d’enfants, mais ils ont ensuite entendu parler du National Embryo Donation Centre, une banque chrétienne d’embryons qui «sauve» les embryons congelés en excès créés lors du traitement de FIV d’un couple.

Habituellement, ces embryons – qui ne comprennent que quelques cellules – sont détruits ou donnés à la science une fois que leurs donneurs biologiques ont réussi à en implanter un.

Mais les centres chrétiens acceptent les «dons» qui peuvent ensuite être «adoptés» par les couples qui ont du mal à concevoir.

«Profondément ému» à la pensée d’avoir plus d’enfants – et de vouloir que leur nouveau soit compatible avec leurs frères et sœurs – le couple s’est fait implanter deux embryons afro-américains.

Ils ne savaient pas qu’un de ces embryons se diviserait à nouveau, leur laissant des triplés et non les jumeaux auxquels ils s’attendaient.

Et le dimanche, Rachel a donné naissance à trois petits paquets de joie.

Le couple est actuellement missionnaire à Tegucigalpa, au Honduras, mais Aaron sait par expérience les regards étranges qu’ils auront lorsqu’ils emmèneront leurs trois nouveaux enfants dans le sud des États-Unis.

Il s’est rappelé les fois où une femme blanche âgée a regardé sa famille avec dégoût, et une mère noire “nous a regardés et a juste secoué la tête”.

«Cependant, il y avait aussi la jeune fille noire qui a pleuré quand nous lui avons dit que notre fils était un fils avec sa couleur de peau, et le docteur blanc plus âgé qui priait avec amour et le tenait si tendrement.

“Ces dernières expériences étaient des lueurs d’espoir nous rappelant à quel point notre pays était loin, tandis que les expériences précédentes nous rappelaient à quel point nous devons encore aller.”

Source: Oyant.com

A LIRE ABSOLUMENT